Communiqué du Gouvernement polynésien

Posted on Posted in News

Le ministre en charge du numérique, Jean-Christophe Bouissou, a reçu, lundi, Vincent Guiheneuc et Johann Terrier, créateurs et co-CEO de la jeune startup française, ImaKumo.

 Cette entreprise est spécialisée dans les solutions « Cloud » et sa clientèle est en grande partie composée des plus grandes sociétés du CAC40 comme Veolia, L’Oréal, BNP Paribas et LVMH mais également des acteurs du secteur public comme le Ministère national de l’économie et des finances ou encore la ville de Bordeaux. ImaKumo est une société à très forte croissance reconnue au niveau national et européen. Ce jeune groupe se place en 11ème position de sa catégorie avec une croissance de son chiffre d’affaires de plus de 488% sur les trois dernières années.

Présente dans dix-sept villes du monde, ImaKumo a rapidement investi en Polynésie en ouvrant une nouvelle agence en septembre 2016, sur Arue, et en recrutant près de dix-sept collaborateurs/codeurs. En s’installant à Tahiti, ImaKumo permet à ses principaux clients de mener des projets en 24H/24H en profitant du décalage horaire. Les activités de « Follow the sun », font effectivement partie des activités qui ont été identifiées par les acteurs de l’écosystème digital de la Polynésie française, comme étant les plus porteuses économiquement du secteur numérique.

Au cours de l’entretien, le ministre du numérique a rappelé tout l’intérêt que le gouvernement porte à l’accueil des entreprises digitales désireuses de s’installer en Polynésie française, dévoilant un projet de création prochaine d’un programme d’investissement ambitieux pour accueillir des incubateurs d’entreprises, un hôtel d’entreprises, des « fablabs » et un espace de co-working. La prochaine étape pourrait être la labellisation de la Polynesian French tech.

Dans l’immédiat ImaKumo recherche près de trente codeurs, développeurs et ingénieurs en informatique pour le 1er janvier 2018. La Direction générale du numérique a donc reçu pour mission de recenser tous les talents polynésiens disponibles partout où ils se trouvent pour répondre aux besoins en matière de recrutement de compétences informatiques.

Sources :